GitLab ou comment avoir son serveur Git auto-hébergé

0 comments

Posted on 13th octobre 2014 by cschwartz in Informatique |Open Source |Scripts |Versionning

, , , , ,

Bonjour

Ca fait un certain temps que je me dis qu’il faudrait que je fasse du versionning de mes fichiers en particulier de mes scripts et tout centraliser dans un dépôt commun.

Après avoir testé par mal de chose comme :

  • GitHub (gratuit mais uniquement pour des repositories public) et ne voulant pas payer pour ça, je l’ai éliminé de la liste.
  • Venait ensuite Bitbucket que j’avais retenu dans ma short list mais bon ça reste externalisé.

Ce week end on m’a parlé de GitLab et j’ai donc été « forcé » de tester, et j’avoue que je l’ai adopté.

Avoir son propre serveur Git auto-hébergé ça n’a pas de prix.

Dans un premier nous allons voir l’installation qui est des plus simple, il suffit de vous rendre sur la page dédié à votre version d’OS pour moi Ubuntu 12.04 et de suivre les quelques lignes ci dessous :

wget https://downloads-packages.s3.amazonaws.com/ubuntu-12.04/gitlab_7.3.2-omnibus-1_amd64.deb
apt-get install openssh-server
apt-get install postfix # Select 'Internet Site', using sendmail instead also works, exim has problems
dpkg -i gitlab_7.3.2-omnibus-1_amd64.deb

Puis une fois ces commandes passées, il faut éditer le fichier /etc/gitlab/gitlab.rb pour rajouter l’adresse externe de votre serveur Git

nano /etc/gitlab/gitlab.rb
# Change the external_url to the address your users will type in their browser
external_url 'http://git.domaine.fr

Une fois ce fichier modifié on lance la configuration de l’application avec la commande :

gitlab-ctl reconfigure

Une fois la procédure de configuration terminé vous pouvez vous connecter à l’adresse suivante http://git.domaine.fr avec le compte par défaut qui est :

Utilisateur : root

Password : 5iveL!fe

Il ne vous reste plus qu’à configurer votre GitLab et créer votre premier projet.

Nespresso Christmas Tree

0 comments

Posted on 14th décembre 2013 by cschwartz in Domotique |Informatique |Linux |Materiel |Open Source |Scripts

Special recipe for Christmas :

Ingredients :

240 Nespresso tubes
1 curtain rod
Few planks
Some scotch
1 computer
1 Rapsberry Pi
1 fairy lights

Directions :

– Put few geeks in a room
– Leave a paperboard and some pens
– Dispose carefully each ingredient on a table
– Give the computer and the Rapsberry to the one who seems to be the most clever

Let them together for few hours and the result of this recipe will be very amazing!!

We try it and here is what we discovered…..

A totally original Christmas Tree made with 240 Nespresso tubes with a fairy lights managed through voice command!!

Thanks to:
Nespresso : http://www.nespresso.com/
Raspberry PI : http://www.raspberrypi.org/
S.A.R.A.H. : http://encausse.wordpress.com/s-a-r-a-h/
DX : http://www.dx.com/
BricoDepot : http://www.bricodepot.com/

Let’s see the video demonstration and like the Facebook Page : https://www.facebook.com/sapinoo

Thanks…

Proxmox – Nouveau cluster en commande

0 comments

Posted on 17th octobre 2013 by cschwartz in Materiel |Open Source |Virtualisation

, , , , , ,

Bonjour à tous

Ca fait un moment que mon cluster Proxmox est basé sur deux machines récupérées mais qui commencent à vieillir (plus de 5 ans).

Une offre intéressante sur Amazon, pour un serveur HP – 704941-421 – Proliant Micro serveur – G7 N54L NHP 250 Go , m’a attiré l’œil…

Bon au final, achat de deux serveurs avec un supplémentent de 4Go de ram pour chacun pour avoir deux nodes de mon cluster avec chacun 6Go de ram.

Ca va faire du bien à pas mal de niveau :

  • Consommation énergétique moins importante (divisé au moins par deux)
  • Matériel neuf et sous garantie
  • Plus de ram en passant de 2.5 Go et 3 Go à deux fois 6 Go
  • Gain de place
  • Évolutivité au niveau de baies disques durs

Enfin voila reste plus qu’à recréer un cluster, et récupérer les sauvegardes des machines virtuelles et une petite restauration dans la foulée.

Proxmox – Ajout de la fonction support – Erreurs dans les update

0 comments

Posted on 26th août 2013 by cschwartz in Informatique |Linux |Non classé |Open Source |Virtualisation

, , , ,

Bonjour à tous

Ce post express juste pour vous informer que Proxmox à rajouter une fonction de support payante (optionnelle) et a pousser de nouveau repository, qui posent problème lorsque l’on a pas souscrit à un support.

root@Proxmox-1:~# apt-get update
Hit http://ftp.fr.debian.org wheezy Release.gpg
Hit http://download.proxmox.com wheezy Release.gpg
Hit http://security.debian.org wheezy/updates Release.gpg
Hit http://download.proxmox.com wheezy Release
Hit http://security.debian.org wheezy/updates Release
Hit http://ftp.fr.debian.org wheezy Release
Hit http://download.proxmox.com wheezy/pve amd64 Packages
Hit http://security.debian.org wheezy/updates/main amd64 Packages
Hit http://security.debian.org wheezy/updates/contrib amd64 Packages
Hit http://ftp.fr.debian.org wheezy/main amd64 Packages
Hit http://security.debian.org wheezy/updates/contrib Translation-en
Hit http://security.debian.org wheezy/updates/main Translation-en
Hit http://ftp.fr.debian.org wheezy/contrib amd64 Packages
Hit http://ftp.fr.debian.org wheezy/contrib Translation-en
Ign https://enterprise.proxmox.com wheezy Release.gpg
Hit http://ftp.fr.debian.org wheezy/main Translation-en
Ign http://download.proxmox.com wheezy/pve Translation-en_US
Ign http://download.proxmox.com wheezy/pve Translation-en
Ign https://enterprise.proxmox.com wheezy Release
Err https://enterprise.proxmox.com wheezy/pve-enterprise amd64 Packages
The requested URL returned error: 401
Ign https://enterprise.proxmox.com wheezy/pve-enterprise Translation-en_US
Ign https://enterprise.proxmox.com wheezy/pve-enterprise Translation-en
W: Failed to fetch https://enterprise.proxmox.com/debian/dists/wheezy/pve-enterprise/binary-amd64/Packages  The requested URL returned error: 401
E: Some index files failed to download. They have been ignored, or old ones used instead.

Pour parer ce problème il suffit de désactiver les sources dédiées en ajoutant un # dans le fichier :

nano /etc/apt/sources.list.d/pve-enterprise.list
 
#deb https://enterprise.proxmox.com/debian wheezy pve-enterprise

Ce petit changement vous rends votre serveur opérationnel comme avant.

root@Proxmox-1:~# apt-get update
Hit http://ftp.fr.debian.org wheezy Release.gpg
Hit http://security.debian.org wheezy/updates Release.gpg     
Hit http://ftp.fr.debian.org wheezy Release                                              
Hit http://security.debian.org wheezy/updates Release                                    
Hit http://security.debian.org wheezy/updates/main amd64 Packages                                              
Hit http://ftp.fr.debian.org wheezy/main amd64 Packages                                  
Hit http://security.debian.org wheezy/updates/contrib amd64 Packages            
Hit http://ftp.fr.debian.org wheezy/contrib amd64 Packages                      
Hit http://download.proxmox.com wheezy Release.gpg
Hit http://security.debian.org wheezy/updates/contrib Translation-en      
Hit http://download.proxmox.com wheezy Release                            
Hit http://security.debian.org wheezy/updates/main Translation-en         
Hit http://ftp.fr.debian.org wheezy/contrib Translation-en
Hit http://download.proxmox.com wheezy/pve amd64 Packages
Hit http://ftp.fr.debian.org wheezy/main Translation-en
Ign http://download.proxmox.com wheezy/pve Translation-en_US
Ign http://download.proxmox.com wheezy/pve Translation-en
Reading package lists... Done

De plus pour éviter le message au login sur l’interface web, il suffit d’éditer le fichier

nano/usr/share/pve-manager/ext4/pvemanagerlib.js

et de commenter les lignes suivantes

//              if (data.status == 'Active') {
//                  Ext.Msg.show({
//                      title: gettext('No valid subscription'),
//                      icon: Ext.Msg.WARNING,
//                      msg: PVE.Utils.noSubKeyHtml,
//                      buttons: Ext.Msg.OK,
//                      callback: function(btn) {
//                          if (btn !== 'ok') {
//                              return;
//                          }
//                          orig_cmd();
//                      }
//                  });
//              } else {
//                  orig_cmd();
//              }

Sans oublier de relancer le pvedaemon avec la commande :

/etc/init.d/pvedaemon restart

Bonne journée à tous

Mise à jour OpenMediaVault en 0.5

4 comments

Posted on 26th août 2013 by cschwartz in Informatique |Materiel |NAS |Open Source

, , ,

Bonjour

Suite à la sortie de la version 0.5 d’OpenMediaVault, je viens de mettre à jour mon serveur.

Voici la procédure :

apt-get update
apt-get upgrade
omv-release-upgrade

Jusque la rien de spécial, mais en me rendant sur la page d’administration j’ai eu le message erreur suivant :

 Error #0:
exception ‘Exception’ with message ‘Failed to open file js/omv/NavigationPanel.js.’ in /usr/share/php/openmediavault/htmlpage.inc:42
Stack trace:
#0 /usr/share/php/openmediavault/htmlpage.inc(49): OMVHtmlPage->scanFiles(‘js/omv/Navigati…’, Array)
#1 /usr/share/php/openmediavault/htmlpage.inc(70): OMVHtmlPage->scanFiles(‘js/omv/module/a…’, Array)
#2 /usr/share/php/openmediavault/htmlpage.inc(186): OMVHtmlPage->scanDir(‘js/omv/module/a…’, Array, true)
#3 /usr/share/php/openmediavault/htmlpage.inc(112): OMVWebGui->getJavascriptIncludes()
#4 /var/www/openmediavault/index.php(37): OMVHtmlPage->render()
#5 {main}

Après un peu de recherche, j’ai trouvé cette page avec un petit script qui résout le problème :

wget http://filebin.ca/skiDELUVNpl -O omv-0.5-upgrade-cleaning_v0.7.6.sh
chmod +x omv-0.5-upgrade-cleaning_v0.7.6.sh
./omv-0.5-upgrade-cleaning_v0.7.6.sh

Opération réalisé par ce script :

1. Remove all external plugins. (purgin website and omv-plugins.org)
2. Rename *.js-files in $OMV_DOCUMENTROOT_DIR/js/omv/module/ and admin/
3. Move all *.deb files and local.list in /var/cache/whatever
4. Move old-omvplugins.org-lists and jhmillers.list

Et tout est rentré dans l’ordre.

Bonne journée

Découverte du plugins check_snmp_int pour Nagios

0 comments

Posted on 9th juin 2013 by cschwartz in Informatique |Linux |Monitoring |Non classé |Open Source |Scripts

, , , , , , , ,

Bonjour à tous

Ce week end, j’ai décidé d’abandonner mon visio pour mon infra privée, beaucoup trop embêtant à maintenir (surtout sous Mac OS) et donc j’ai décidé d’utiliser mon nagios encore un peu plus.

En cherchant comment utiliser le plugin check_snmp pour monitorer les interfaces de mon switch, je me suis rendu compte que je rencontré quelques problèmes pour la mise en place des alertes de types Critical & Warning.

Je suis tombé sur le site du plugin check_snmp_int qui fait exactement ce que j’ai besoin et d’une facilité déconcertante.

Pour la mise en place rien de plus simple

cd /usr/local/nagios/libexec
wget http://nagios.manubulon.com/check_snmp_int.pl
chmod +x check_snmp_int.pl
mv check_snmp_int.pl check_snmp_int

Niveau utilisation tout aussi simple

Get help ./check_snmp_int.pl -h
List all interfaces ./check_snmp_int.pl -H 127.0.0.1 -C public -n zzzz -v
snmpv3 login ./check_snmp_int.pl -H 127.0.0.1 -l login -w passwd
Check eth0 interface is up ./check_snmp_int.pl -H 127.0.0.1 -C public -n eth0 -r
Check that all eth interface are up ./check_snmp_int.pl -H 127.0.0.1 -C public -n eth
Check that all ppp interface are down ./check_snmp_int.pl -H 127.0.0.1 -C public -n ppp -i
Check that all eth interface are administratively up ./check_snmp_int.pl -H 127.0.0.1 -C public -n eth -a
Check that FastEternet0/11 to 0/14 are up (Cisco) ./check_snmp_int.pl -H 127.0.0.1 -C public -n « Fast.*0.1[1234] »
Check the eth0 usage
Note : no critical inbound (0)
./check_snmp_int.pl -H 127.0.0.1 -C public -n eth0 -k -w 200,400 -c 0,600

Après rien de plus simple pour avoir l’état rapidement des ses interfaces réseaux de son switch par exemple un HP Procurve 2524 pour ma part

./check_snmp_int -H Mon_Switch -C public -n 15 -r

Me sert à récupérer l’état de l’interface 15 de mon switch.

Le tout intégré dans NConf et le tour est joué.

Je vous souhaite une bonne fin de dimanche soir et à très vite.

Mise en place de Google Analitycs

1 comment

Posted on 17th mai 2013 by cschwartz in Android |Informatique |Open Source |Wordpress

, , , , , , , ,

Bonjour à tous

Un ami m’as parlé de Google Analytics, en début de semaine. J’ai voulu voir de moi même le produit gratuit de Google pour mesurer l’audience de ce blog.

Rien de plus simple, il suffit de créer un compte Google Analytics et de renseigner deux trois information sur le site que l’on veut surveiller.

Ensuite le site vous génère :

  • Soit un script à rajouter sur votre site (mode manuel)
  • Soit vous utiliser ce code dans un thème qui fonctionne nativement avec Google Analytics
  • Ou tout simplement ce qui est mon cas, on peut utiliser un plugin de wordpress qui sera indépendant du thème employé : Google Analytics for WordPress

Après deux trois réglages pour savoir ce que j’avais envie d’analyser, tout fonctionne rapidement et simplement.

On a toutes les statistiques que l’on veut, et le mode de dashbord avec les widgets paramétrables est tout simplement génial, le tout en deux trois clics.

De plus un application mobile existe gratuitement sur Android, à télécharger de toute urgence ici.

Autre fonctionnalité très intéressante, la vue « temps réel », pour suivre à l’instant l’activité du site, par exemple pour le lancement d’un nouveau projet, c’est très pratique.

Enfin voilà si vous voulez des statistiques complète de votre site, rien de plus simple et de plus rapide.

Bon week-end à tous.

Pourquoi j’ai migré de VMWare Server 2.0 vers Proxmox

0 comments

Posted on 7th avril 2013 by cschwartz in Informatique |Linux |Open Source |Virtualisation

, , , , ,

Bonjout à tous

Ce petit billet pour vous faire un état de lieux de mon système de virtualisation et plus précisément ma migration de VMWare Server 2.0 vers Proxmox.

J’utilise ce serveur de virtualisation depuis quelques d’années sans aucun soucis jusqu’au jour d’une mise à jour de mon socle Ubuntu. Celle-ci provoqua des erreurs lors du démarrage de la couche VMWare et donc des machines virtuelles hébergées.
Après plusieurs recherches sur internet j’ai pu corriger le problème en créant des nouveaux liens symboliques vers le nouvel emplacement des ressources nécessaires au bon fonctionnement du serveur.

Tout est de nouveau fonctionnel mais cela mais permis de me rendre compte que le système de virtualisation n’était pas fiable et surtout non redondé.

Après avoir fait le tour de solutions de virtualisation je me suis tourné tout naturellement vers Proxmox.

Cette solution me permet de disposer non pas d’un serveur mais bien d’un cluster actuellement composé de deux machines physiques.

Deux machines de récupération, mon ancien PC avant de le remplacer par mon iMac et mon ancien serveur OpenVZ, seule nécessité avoir un processeur 64bits.

Installation

Rien de plus simple, vu qu’il suffit de télécharger l’iso d’installation ici et de suivre les 5-6 pages d’installation.

On procède à l’installation de chaque machine indépendamment l’une de l’autre, la mise en cluster se fait pots-installation.

Une fois installé on s’y connecte via un navigateur à l’adresse suivante : https://ip:8006

proxmox-login

Mise en cluster

Rien de plus simple, cela se fat un 5 minutes avec deux commandes :

  • Création du cluster à faire sur le premier nœud
pvecm create YOUR-CLUSTER-NAME

Pour information, le choix du nom du cluster est quelque chose qui ne change pas facilement donc premier deux minutes pour y réfléchir.

On peut vérifier l’état avec la commande suivante :

pvecm status
  • Ajout d’un node au cluster
pvecm add IP-ADDRESS-CLUSTER

La commande est à lancer sur chaque node que l’on veut rajouter au cluster.

On peut vérifier l’état avec la commande suivante sur chaque node :

pvecm nodes
Node  Sts   Inc   Joined               Name
   1   M    296   2013-03-09 08:18:47  Node-Proxmox-1
   2   M    376   2013-03-09 08:52:22  Node-Proxmox-2

Et voila en deux commandes on se retrouve avec un cluster de deux serveurs de virtualisation.

Le cluster est accessible via le navigateur via les deux adresses des serveurs physiques.

Avantages :

  • Possibilité de fonctionnement en cluster
  • Possibilité de HA d’une machine virtuelle d’un node à l’autre à chaud si le sotckage est mutualisé, sinon en stoppant les machines
  • Pas de client lourd, ce qui est aussi un frein sous Mac OS X avec un ESXi
  • Pas besoin d’avoir des périphériques (contrôleurs sata, carte réseaux compatibles comme avec les ESXi)

Améliortations que j’attends avec impatience :

  • Synchronisation de dossier de stockage entre les nœuds physiques comme pour les templates, les iso, les sauvegardes.

Inconvénients :

  • Avoir une architecture 64bits

Pour l’instant c’est une solution qui me convient chez moi pour ma solution de virtualisation que je compte porter prochainement sur un serveur dédié soit chez Online soit chez OVH, en cours de comparaison et de test.

Installation de ownCloud – Alternative à Dropbox

3 comments

Posted on 8th mai 2012 by cschwartz in Android |Informatique |Linux |Open Source

, , , , , ,

Bonjour à tous

Oui je sais ça fait bien trop longtemps que j’ai pas fait d’article mais pas de temps…mais un ptit produit comme ownCloud m’oblige à en faire un.

Qu’est ce donc ownCloud rien de plus qu’un cloud personnel, pouvant facilement remplacer un Dropbox et remplir bien d’autres fonction.

Pour son installation je suis partie d’un Débian vierge, sur un VPS gratuit en test pour NeverDown, nouvel hébergeur montant…

Puis rien de plus simple, nous commencerons par les pré-requis

apt-get install apache2 php5 php5-json php-xml php-mbstring php5-zip php5-gd
apt-get install php5-sqlite curl libcurl3 libcurl3-dev php5-curl php-pdo

Puis on télécharge la dernière version stable et on la place dans la racine de notre serveur web :

cd tmp
wget http://owncloud.org/releases/owncloud-3.0.3.tar.bz2
tar -xjf owncloud-3.0.3.tar.bz2
cp -r owncloud /var/www/
chown -R www-data:www-data /www/var/owncloud/install/data

Après libre à chacun d’utiliser des vhosts sous apaches ou sous nginx.

Puis on y accède tout simplement via un navigateur http://localhost pour y créer le compte admin et c’est parti ownCloud est fonctionnel.

A ce niveau là vous avez votre Cloud perso, reste à le configurer et à activer ou désactiver les applications nécessaires à vos besoins. Je reviendrais sur toutes les fonctionnalités possibles dans un autre articles après test de celles ci.

Ce qui m’intéressait dans ce test est de pouvoir avoir l’équivalent à Dropbox héberger chez moi et ne plus dépendre de la confiance d’un tiers pour stocker mes données.

C’est chose fait, j’ai tester les points points suivants :

  • La synchronisation sous Windows avec le logiciel fourni par ownCloud dans sa version 1.0.1
  • La synchronisation sous Ubuntu 12.04 et Débian 6 avec le logiciel fourni par ownCloud dans sa version 1.0.1
  • La synchronisation sous Mac OS X avec le logiciel fourni par ownCloud dans sa version beta
  • L’application Android  fournir par ownCloud dans sa version 1.0

Vous allez me dire et sur IOS, l’application ne va pas tarder à arriver comme indiqué sur le site.

Dans tous les cas, il y a toujours moyen de ne pas utiliser l’application fourni et de tous simplement faire un montage webdav sur tous les OS cités ci dessus, pour ma part j’ai réalisé les tests suivants :

  • Accès WebDav sous Windows
  • Accès WebDav sous Ubuntu 12.04 et Debian 6 sans interface graphique
  • Accès WebDav sous Android avec l’application WebDavDroid Lite

Pour la configuration WebDav tout est bien expliqué sur le forum ownCloud à ce lien rien ne sert de tout réécrire

A ce jour ownCloud reste en test chez moi, je n’ai pas encore abandonné ma Dropbox mais si les tests sont concluants la bascule ira vite entre le deux.

Autre avantage on peut créer des espaces personnel à chaque utilisateurs voulant synchroniser leurs données et tout de même partager des données entre tous les utilisateurs.

Vous allez me dire comment sauvegarder tout ça en cas de crash machine, rien de plus simple les fichiers sont stockés dans une arborescence de types dossier.

Dans notre cas d’installation il suffira de sauvegarder régulièrement le dossier /var/www/owncloud/data ou encore mieux utiliser le montage de ce dossier sur un NAS en Raid 5 ce qui est mon cas (ça n’empêche pas de faire des sauvegardes de temps en temps).

Bonne lecture à tous

Installation d’un cluster OpenVZ administré via OpenVZ Web Panel

3 comments

Posted on 27th novembre 2011 by cschwartz in Informatique |Linux |Open Source |Virtualisation

, , , , , ,

Bonjour

Je rentre quelques soucis avec mon serveur VMWare Server 2.0 commençant à être de plus en plus rapprochés, je me suis dit pourquoi pas OpenVZ.

Pour poser les bases de l’installation, je dispose de :

  • Deux serveur physiques qui vont héberger les deux serveurs OpenVZ. Ces deux serveurs se trouvent en DMZ de mon réseau.
  • Un serveur dans mon LAN et non dans ma DMZ pour l’administration des deux serveurs avec l’interface OpenVZ Web Panel.

Ci dessous les différentes étapes de l’installation :

  • Installation d’un version d’Ubuntu Server 8.04 sur chaque serveur comme socle de base.
  • Installation d’OpenVZ :
apt-get install linux-openvz vzctl
  • Suppression des version des linux-image qui ne sont plus nécessaires :
apt-get remove --purge --auto-remove linux-image-.*server
  • Modification du fichier /etc/sysctl.conf pour le paramétrage réseaux des machines virtuelles, en rajoutant les lignes ci dessous :
vi /etc/sysctl.conf
# On Hardware Node we generally need
# packet forwarding enabled and proxy arp disabled
net.ipv4.conf.default.forwarding=1
net.ipv4.conf.default.proxy_arp=1
net.ipv4.conf.eth0.proxy_arp=1
net.ipv4.ip_forward=1
# Enables source route verification
net.ipv4.conf.all.rp_filter = 1
# Enables the magic-sysrq key
kernel.sysrq = 1
# TCP Explict Congestion Notification
#net.ipv4.tcp_ecn = 0
# we do not want all our interfaces to send redirects
net.ipv4.conf.default.send_redirects = 1
net.ipv4.conf.all.send_redirects = 0
  • Prise en compte des nouveaux paramètres réseaux :
sysctl -p

(more…)